La Charte
Accueil

 

Retour

LA CHARTE DE LOTHAIRE

        

Peu d'historiens se sont penchés sur l'histoire de Bray-sur-Seine, et la plus part se sont fourvoyés en conjectures sans fondements. Certains vont même jusqu'à déclarer Bouchard d'origine obscure, voire incertaine. Même le cardinal Baudrillard, qui semble avoir eu entre les mains une copie de la charte de Lothaire y perd son latin, lorsqu'il écrit au sujet du frère de Bouchard:"...sur le conseil de Thibaud, seigneur de Centulliis( Chantilly?), son frère...".

Pourquoi propose-t-il Chantilly?

Centuliis se traduit par Cent lis. On pense déjà aux lys de la Maison de France, en désignant la cité de Senlis, par transcription phonétique.

Or, cette fameuse charte nous est parvenue grâce à l'obligeance de notre ami Jacques Bontillot, archéologue, et archiviste de la ville de Montereau qui, par un heureux hasard en découvrit une copie dont il nous transmit un duplicata.

Lothtrius, dei gratia Francorum rex.

Notum fieri vilumus fidelibus nostris quod Burchardus miles filius Alverici ducis.....

A l'intention des lecteurs peu familiarisés avec la langue latine en usage à l'époque, nous vous donnons la traduction ci-après.

Lothaire, par la grâce de Dieu, roi des Francs.

Nous voulons que soit connu à nos loyaux sujets que le soldat Bouchard, fils du Chef Alveric, est venu trouver notre sérénité, nous priant, qu'un certain monastère que lui-même avait établi, en accord avec Hildegarde son épouse, et d'après l'avis de Théobald, Seigneur de Senlis, son frère, sur le fleuve Seine, près de Bray, en l'honneur de notre souverain Sauveur pour y placer, y conserver, et honorer les corps des saints Paterne Martyr et Pavace, confesseur, lequel dernier corps il apporta d'Angleterre avec quelques religieux que son oncle maternel, le roi Aedredus lui avait donné du monastère de Persora pour qu'ils s'établissent et servent Dieu dans le dit monastère, sous la profession de la règle de Saint Benoit, nous aussi, nous accordions qu'il soit à jamais ferme et stable et que nous fortifions par la force de notre majesté toutes les choses qui étaient prodiguées à ce même lieu provenant de ses biens sans délai.

     Site de la Famille Bouchard

En étant favorable à sa demande, nous ordonnons que le susdit monastère soit stable à l'avenir en confirmant tout ce que nous avons accordé, maître Hilderamnus, archevêque de sens, demandant pour lui-même que ce lieu désormais soit sans entrave et en paix.

Tout ce qui de plus a été donné à ce même lieu par le dit Bouchard, à savoir, le bourg qui est appelé Bray, et les deux moulins près du bourg qui est appelé Montmorency, et les serviteurs et les servantes, et tout le reste, que les moines les possèdent en paix sans délai.

Moi, Guy, chancelier en lieu d'Artoldus, archichancelier royal, j'ai contre-signé, donné au palais de Laon, près du monastère de Saint-Jean, le dix décembre, l'an cinq du règne de Lothaire, roi très illustre.( La date correspond à l'année 958).

Ce texte d'origine est parfaitement clair, et permet d'établir une généalogie qui met en évidence les liens familiaux de Bouchard de Montmorency, avec les Maisons d'Angleterre et de France.

Nos Bouchard n'est pas ce vague chevalier évoqué par Merlet dans son étude sur les comtés de Champagne.

En outre, cette charte paraît aussi confirmer un document antérieur concernant la souveraineté de Bouchard sur la baronnie de Bray.