Chapitre I
Accueil

 

Retour

1

D'UN EMPIRE A L'AUTRE

 

        

A partir du V ème siècle, une suite ininterrompue d'invasions, dites barbares, déferlent sur l'Empire romain. Les troupes impériales ne sont plus en mesure de défendre les frontières.

Vandales, Suèves, Alains, Wisigoths, Ostrogoths, Francs, Saxons, Burgondes, Angles, par vagues successives, irrésistiblement franchissent les frontières de l'Empire. Certains dévastent tout sur leur passage, d'autres prennent possessions de territoires, fondant ainsi des petits Etats plus ou moins liés à Rome.

Les Huns, enfin, après avoir conquis les Balkans pénètrent en Gaule en l'an 451, où les Francs, déjà implantés et alliés aux Romains, réagissent.

Les troupes impériales commandés par le général Aétius infligent aux Huns une cuisante défaite près de Troyes. Mais cette bataille, bien que victorieuse, marque la début de la désagrégation de l'Empire. Les Francs vont prendre la relève.

Dans le même temps, Odoacre renverse Romulus Augustule et prend le pouvoir, mettant fin ainsi à l'Empire d'Occident.

En Gaule, le Royaume de Syagrius, dernier Romain dans le pays, ne règne que sur la partie nord de la Lyonnaise, moins l'Armorique.

En 486, Clovis déjà maître de la Belgique s'empare du royaume de Syagrius et se fait proclamer roi des Francs. Il meurt en 511. A cette époque, la notion d'Etat n'est pas encore nettement définie dans la mentalité des nouvelles populations. L'esprit de propriété reste primordial, ce qui provoque des partages à chaque succession et, en conséquence, des divisions néfastes à une éventuelle unité nationale.

Ainsi, l'ex-royaume de Syagrius devient la Royaume de Paris, qui sera plus tard la Neustrie, c'est à dire le Royaume de l'Ouest.

La Lorraine deviendra l'Austrasie, ou le royaume de l'Est: capitale Metz.

Et nous aurons:

Le Royaume de Bourgogne, capitale Chalon, Le Royaume de Provence, capitale Arles, Le Royaume d'Aquitaine, capitale Bordeaux, Il y eut même temporairement un Royaume d'Orléans.

Outre les partages par héritages, de pères en fils ou entre frères et parfois entre cousins, l'esprit de conquête demeurait vivace et les guerres localisées entre voisins étaient fréquentes.

C'est ainsi que la population de la région de Bray-sur-Seine changea souvent de royaume et de souverain. Après la chute de l'Empire romain, notre territoire fut rattaché selon les périodes:

464 - 486 au Royaume de Syagrius

486 - 511 au Royaume Francs de Clovis

511 - 558 au Royaume de Paris de Childebert I er

558 - 561 au Royaume de Soissons de Clotaire I er

561 - 567 au Royaume de Paris de Caribert I er

567 - 596 au Royaume d'Austrasie de Sigebert I er

596 - 612 au Royaume de Bourgogne de Thierry II

612 - 747 au Royaume de Neustrie de Clotaire II et ses descendants dont le célèbre Roi Dagobert

747 - 768 au Royaume Franc de Pépin le Bref

768 - 771 au Royaume Franc de Carloman

771 - 800 au Royaume Franc de Charlemagne

800 - 840 à l'Empire d'Occident de Charlemagne puis de Louis le Pieux

843 - 948 au Royaume France avec Charles II la Chauve.

Les rois de ces petits états, souvent peu instruits, et rarement aptes à gouverner, laissaient généralement aux maires du palais toute latitude pour l'administration de leur royaume.

Cette situation eut pour conséquence que Pépin le Bref, profitant des circonstances, trouva le moyen de déposer son roi et de se faire sacrer roi des Francs par le pape en 751. Pépin étant mort en 768, ses fils Carloman et Charles lui succédèrent en se partageant le royaume. En 771, suite au décès de Carloman, Charles hérite de son frère et réunifie le royaume de France. Il lutte contre les Saxons, conquiert La Lombardie, réunifie la Gaule et fixe sa capitale à Aix-la-Chapelle.

En 782, il fait venir d'Angleterre, Alcuin, érudit et savant anglo-saxon, pour instruire les jeunes aristocrates. La paix étant instaurée dans le royaume, la culture prend son essor. Charles invite à sa cour des savants étrangers diffusant l'instruction et développant les arts.

Puis Charles soumet la Frise, annexe la Saxe, puis la Bavière. En 796 il entreprend la construction de la chapelle du palais d'Aix-la-Chapelle. En 799 il soumet les Avars.

Enfin, le 25 décembre de l'an 800, Charlemagne est sacré Empereur romain d'Occident par le pape Léon III. C'est à cette époque qu'intervient une réforme de l'écriture en Europe, avec l'apparition de la minuscule caroline, très lisible, qu'adopteront tous les copistes européens, sauf les Italiens.

Le VII ème siècles se termine en apothéose, Charlemagne est empereur. Ses territoires immenses s'étendent de l'Italie aux côtes de la Mer du Nord, et de l'Atlantique à l'Elbe. Cet empire romain d'Occident s'est ainsi continentalisé en se dilatant vers le Nord et, sur les rives de la Méditerranée, rencontre deux autres empires correspondant à deux civilisations: l'Empire byzantin (chrétiens d'Orient) et l'Empire abbasside (musulmans).

Sans vouloir retracer cette épopée que fut le règne de Charlemagne, évoquons brièvement ses principales campagnes: la Lombardie, la Saxe, l'Espagne, sans oublier la longue lutte contre les Vikings, dont le premier raid connu est daté du 8 Juin 793. Mais parlons un peu de l'homme qui, encore jeune, fut appelé à régner sur le peuple des Francs. Intrépide guerrier, d'une force rare, esprit vif, il avait le don de savoir diriger ses troupes. Il avait la réputation de se bien tenir à table comme à cheval, et... au lit. Ses nombreuses campagnes s'agrémentaient du fameux repos du guerrier.

De sa première(?) concubine, Himiltrude, il eut un fils, Pépin, affligé d'une infirmité qui lui valut le surnom de Pépin le Bossu. Sa première épouse fut une princesse lombarde, fille du Roi Didier, dont le nom n'est pas connu avec certitude, on propose: Désidérate, Désirée, Ermengarde et Bertrade. Puis il épousa Hildegarde dont il eut Charles, Carloman, Pépin et Louis. Il épousa ensuite, devenu veuf, Luigarde, puis Fastrade. Veuf une fois de plus, il envisagea d'épouser Irène, impératrice d'Orient. Son projet était de réunir les deux empires en un seul, mais ce projet ayant avorté, Charles s'en tint désormais au célibat. Un célibat tout à fait supportable, écrit Jacques Delperrié de Bayac, puisque, sans compter ses passades, il eut successivement quatre concubines: Madelgarde, Gervinde, Reine et Adelinde qui lui donna un dernier fils; Thierri.

Après ce palmarès il nous revient en mémoire cette réflexion de notre ami le Docteur Degenring:"Mais nous sommes tous plus ou moins descendants de Charlemagne!".

Malgré les libertés qu'il prenait avec la morale, Charles restait néanmoins fort religieux et même avec l'âge, sa dévotion s'approfondissait.

Guerroyant moins, il était plus souvent à Aix où la besogne ne lui manquait pas. Haute politique, petits litiges, tout en principe passait par lui. Il recevait les messagers qui arrivaient de toutes les parties de l'Empire, prenait connaissance des rapports des missi, tranchant les affaires soumises en dernier ressort au tribunal du palais.

Lorsqu'il se sentait las de ces charges, il se mettait en selle et partait pour l'une de ses résidences des Ardennes ou des Vosges pour y passer quelques semaines à chasser.