Chapitre III
Accueil

 

Retour

3

LA FIN D'UN EMPIRE

 

        

Charlemagne fut enseveli le jour même de sa mort dans la basilique d'Aix. La coutume depuis les temps mérovingiens, était de donner une sépulture aux rois, les églises qu'ils avaient fondées. Le corps fut lavé, revêtu des ornements impériaux et mis dans un sarcophage antique sur l'une de faces  duquel était sculpté l'enlèvement de Proserpine par Pluton, aidé de Minerve.

Le sarcophage fut descendu dans un caveau creusé sous le pavement de la chapelle, les dalles furent ensuite replacées. Lorsque Louis d'Aquitaine arriva un mois plus tard, il fit élever sur le tombeau de son père un monument composé d'une arcade dorée avec l'effigie de Charlemagne et portant l'inscription:

SUB HOC CONDITORIO SITUM EST CORPUS

KAROLI MAGNI ATQUE ORTHODOXI IMPERATORIS

QUI REGNUM FRANCORUM NOBILITER AMPLIAVIT

ET PER ANNOS XLVII FELICITER REXIT

DECESSIT SEPTUAGENARIUS ANNO DOMINI DCCC°XIII°

INDICTIONE VII, KAL, FEB

(Sous ce tombeau repose le corps de Charles, grand et orthodoxe empereur qui amplifia noblement le royaume des Francs et régna heureusement pendant quarante-sept années. Il mourut septuagénaire, l'an du Seigneur 814 septième indication, le 5 des calendes de février)

Louis d'Aquitaine, plus connu dans les manuels d'histoire sous le nom de Louis le Pieux ou Louis le Débonnaire, était en effet très dévot mais n'était débonnaire que par intermittence, passant de la faiblesse à l'excès de sévérité. On doit lui reconnaître le mérite d'avoir tenté de poser les bases de la pérennité de l'Empire en affirmant la primauté du principe unitaire sur les partages successoraux maintenus.

Mais lui-même ne sut se tenir aux règles qu'il avait édictées, ses fils se révoltèrent, lui firent la guerre, puis guerroyèrent entre eux; c'était déjà le retour aux pires moments de l'époque mérovingienne...

Louis le Débonnaire avait épousé Ermengarde en 798. De cette union naquirent au moins trois garçons: Lothaire, Pépin et Louis. Lorsqu'en 814, suite au décès de Charlemagne, Ermengarde se trouva impératrice d'Occident, au lieu de seconder Louis le Débonnaire en vue d'assurer la pérennité de l'Empire en maintenant les principes établis par Charlemagne, elle s'efforça au contraire de reprendre des anciennes coutumes des Francs pour le partage successoraux, dans le seul but d'assurer la fortune de ses fils au détriment de l'intérêt de l'Etat.

Cependant, dès 814, l'Empereur Louis envoie Lothaire qui n'a que quatorze ans, régner sur la Bavière. En vue d'agrandir le futur patrimoine de ses trois fils, Ermengarde entreprend de récupérer tous les fiefs dont Charlemagne avait doté ses enfants illégitimes qu'elle fit cloîtrer. Puis elle s'en prend à Bernard, roi d'Italie, petit fils de Charlemagne et neveu de Louis, son époux, qu'elle fait déposer et condamner. Louis, par amour pour elle, consent à lui crever les yeux, il meurt le lendemain de son supplice. Ainsi Lothaire devient roi d'Italie. Ces événements se passaient en 818. Ermengarde ne survit pas longtemps à ses forfaits, elle mourut cette même année.

Pourtant, sur les instances d'Ermengarde, Louis avait, l'année précédente, établi les clauses dans l'éventualité de sa succession.

En digne descendant de Charlemagne, Louis ne pouvait se complaire dans son veuvage. En vue de découvrir la compagne de ses rêves il organisa à Aix un concours de beauté en 819. Welf, comte de Bavière, y avait amené sa fille Judith dont les charmes décidèrent du choix de l'empereur. Le mariage fut célébré, et Louis commença une nouvelle vie. Un fils, Charles, naquit en 823.

Judith, à son tour songea à l'avenir de son enfant, et voulut pour lui un royaume comme en possédaient les fils de la première impératrice: Lothaire, Pépin et Louis. L'empereur se voit donc dans l'obligation de remanier son partage étable en 817. Après longue réflexion, il se décide, en 829, à attribuer l'Alamanie à Charles. Les princes qui n'admettent pas de modifications aux dispositions de l'an 817 se soulèvent contre leur père. Une assemblée à Compiègne envoie Judith au cloître et dépose l'Empereur.

En 830, une nouvelle assemblée à Nimègue rétablit Louis le Débonnaire qui bientôt dépose Pépin et donne son royaume d'Aquitaine à Charles.

Judith, purgée par serment du crime d'adultère avec Bernard de Septimanie, reprend son pouvoir.

En 832,nouvelle coalition et en 833 à Rothfeld, Louis le Débonnaire est abandonné de tous, obligé de faire pénitence à Saint-Michel de Soissons et Judith reléguée à Tortone.

En 835, Louis le Débonnaire reprend le pouvoir et en 837 donne un nouveau royaume à Charles.

A la mort de Pépin, sur les instance de Judith, un nouveau partage est élaboré par le traité de Worms en 839.

En 840, l'empereur à nouveau en conflit avec son fils Louis le Germanique, se préparait à lui livrer bataille lorsqu'il mourut dans une île du Rhin. Bien que reconnu empereur au décès de son père, Lothaire se retrouva bientôt en conflit avec ses frères, Louis le Germanique et Charles le Chauve, qui contestaient à nouveau les modalités de la succession concernant les territoires revenant  respectivement à chacun. Ces deux derniers se coalisèrent pour attaquer Lothaire qui, de son côté, avait fait appel à l'aide de son neveu Pépin II, roi d'Aquitaine.

Le premier choc entre les deux groupes belligérants eut lieu aux environs du 15 juin 841 à Jaulnes, près de Bray-sur-Seine, dans la vallée où la Via Agrippa franchit la Seine sur un pont de bois. Cette voie romaine reliait Lyon à Boulogne-sur-Mer. Jaulnes, d'origine gauloise avait été fortifiée par les Romains, et le croisement avec l'ancien chemin longeant le fleuve, ainsi que le trafic par bateaux avait donné une certaine importance à la cité. Pithou évoque de terribles combats aux fosses de Jaulnes entre Lothaire et Charles le Chauve, précisant que ce fut une grande défaite pour la noblesse de Champagne. Ayant rassemblé ses troupes, Lothaire se dégagea en empruntant la voie romaine en direction du sud, peut-être pour tenter de tendre un piège à ses ennemis, ou encore, dans le but de se replier sur l'Aquitaine où des troupes fraîches pourraient assurer la victoire? Mais Louis le Germanique et Charles le Chauve le rattrapèrent près de Fontenoy-en-Puisaye le 25 juin 841, et lui infligèrent une cuisante défaite.

Il s'en suivit une trêve qui aboutit au traité de Verdun le 10 août 843. Par ce traité, Lothaire recevait la Lotharingie qui avec le temps se transforma en Lothringen puis en Lorraine, ainsi que toute une bande de territoire jusqu'à la Méditerranée. Il conservait le titre d'empereur, mais son fils Lothaire II ne sera que roi de Lorraine.

Louis le Germanique prenait possession des territoires germaniques à l'Est de l'Empire.

Charles le Chauve se vit attribuer le pays des Francs qui devint ainsi le royaume de France

On peut rêver d'une Europe qui aurait traversé les siècles, unie, et à qui eussent été épargnées les innombrables guerres intérieures qu'il subit jusqu'à nos jours, écrit Jacques Delpierre de Bayac. L'Empire de Charlemagne ne survécut même pas trente années à son fondateur, encore fut-ce par hasard, car de ses fils légitimés, un seul restait en vie à la fin du règne.