Chapitre IV
Accueil Introduction Chapitre I Chapitre II Chapitre III Chapitre IV Chapitre V Aujourdhui

 

Retour

 

4

NAISSANCE D'UN ROYAUME

        

 

Charles 1er, dit le chauve, devient donc le premier roi de France.

C'est à tort que l'on a pu l'accuser de faiblesse, car il ne fut pas sans énergie, mais les moyens d'action n'étaient pas entre ses mains.

De toutes parts surgissaient dans le royaume des seigneuries grandes et petites, innombrables, attestant des ambitions de possesseurs de domaines, guerroyant entre eux, complotant contre l'autorité royale, entretenant un climat d'intrigues permanentes.

Louis 1er avait épousé en premières noces Ermentrude, fille d'Eudes, comte d'Orléans, qui lui donna quatre fils, dont l'aîné, Louis le Bègue, lui succèdera sur le trône, et trois filles, dont Judith.

En ce temps-là, en Angleterre, Egbert est roi de Wessex et de Kent, il meurt en 839. On dit que pour monter sur le trône, son fils Ethelwolf rompit ses voeux monastiques. En 855 il fit un pèlerinage à Rome, et à son retour, passant par la France, rendit visite à Charles 1er, dont la fille Judith lui plut tant qu'il l"épousa. Elle n'avait que treize ans.

A son retour en Angleterre, il eut la douleur de trouver Ethelbald, son fils né d'une première union, en révolte contre lui. Ethelbeld força son père à lui céder une partie du royaume. Ethelwolf mourut en 858 et Ethelbald régna sur le royaume reconstitué, et prit pour femme Judith, veuve de son père. Ce ne fut que sur les instances de l'évêque de Winchester qu'il consentit à la renvoyer. De retour en France, elle épousa Baudouin comte de Flandre.

Charles le Chauve s'était rendu à Rome après du pape pour envisager les moyens de lutter contre les sarrasins. A son retour il fut saisi d'une violente maladie  et mourut à Bros, au pied du Mont Cenis.

Son fils Louis le Bègue, lui succéda sur le trône. Né en 846, il avait trente et un ans lorsqu'il accéda au pouvoir. Sans domaine, sans finances et sans armée, il fut réduit à la plus complète impuissance. Il eut même à combattre une faction qui refusait de la reconnaître et à la tête de laquelle était Bernard, marquis de Gothie; il put le vaincre avec le concours de Boson, duc de Vienne, d'Hugues l'Abbé et de Bernard comte d'Auvergne, qui garda pour lui la Gothie.

Le pape Jean VIII, au concile de Troyes en 878 lui proposa la couronne impériale, mais Louis, atteint d'une maladie de langueur retourna à Compiègne où il mourut en 879

De son mariage avec Ansgarde, soeur d'Eudes, comte de Bourgogne, il avait eu deux fils: Louis et Carloman. De sa seconde épouse Adélaïde, naquit Charles son fils posthume.

A la mort de son père, Louis III accèda au pouvoir avec Carloman; il prit la Neustrie, Carloman le Burgondie et l'Aquitaine. Une alliance entre eux et Louis le Germanique fut conclue contre les Normands, contre Boson roi de Provence, et contre le fils de LothaireII, Hugues, qui réclamait la Lorraine. Louis III battit les Normands à Saucourt-en-Vimeu en 881.

Lorsqu'il mourut, Carloman resta seul roi en 882. Lui-même décéda en 884. Charles III, le Simple, n'avait alors que cinq ans, les Grands du royaume jugèrent qu'il était trop jeune pour être choisi comme roi à une époque aussi troublée et appelèrent au trône Charles le Gros, fils de Louis le Germanique, qu'ils remplacèrent 887 par Eudes, comte de Paris. Mais, à mesure que grandissait le jeune Charles, le parti carolingien se reformait sous la direction de Foulques, archevêque de reims. Celui-ci sacra roi, le fils de Louis II en 893. Pendant cinq ans, Charles III essaya vainement de disputer le trône à son rival. Sur son lit de mort, en 898, Eudes recommanda à ses vassaux de se soumettre au Carolingien, et celui-ci fut alors reconnu de tous sans contestation.

Deux faits signalent son règne:

- Il fait la paix avec les Normands par le traité de Saint-Clair-sur-Epte en 911.

- Il fait l'acquisition du royaume de Lorraine, le dernier des Carolingiens allemands, Louis l'Enfant, étant mort sans postérité en 911.

Les Lorrains se donnèrent à Charles qui garda la région tant qu'il régna. Cependant un vif mécontentement se fait jour parmi les Grands à partir de 920. Leur chef est le duc Robert, frère du roi défunt, Eudes. Ses partisans le font couronner à Reims en 922. Charles attaque les rebelles, près de Soissons en 923, Robert Ier est tué dans l'action mais Charles, vaincu, doit prendre la fuite pendant que ses sujets élèvent pour roi, le beau-frère de Robert, Raoul, duc de Bourgogne.

Peu après, l'infortuné carolingien, attiré à Château-Thierry dans un guet-apens par le comte Herbert de Vermandois, fut traîtreusement retenu prisonnier et enfermé dans la tour Peronne où il mourut. Sa femme Odgive, se réfugie en Angleterre  avec son jeune fils, Louis, ce qui vaudra à ce dernier le surnom ;d'Outre-Mer. Louis IV d'Outremer, né en 921 n'avait que trois ans lors de ces évènements. Il fut rappelé en France à la mort de Raoul en 936, par le duc Hugues le Grand qui n'avait pas voulu prendre pour lui la couronne.

Louis IV résista à la coalision d'Hugues, d'Herbert de Vermandois, et de Guillaume de Normandie, auxquels il enleva le concours d'Othon Ier, roi de Germanie, en épousant Gerberge, soeur de l'Empereur et en renonçant à la Lorraine.

Il tenta vainement, à la mort de Guillaume de s'emparer de la Normandie. Prisonnier, il ne fur relâcher par les Normands que pour tomber dans les mains d'Hugues le Grand et après un an de captivité il dut céder au duc de France, Laon, sa dernière place forte en 946.

Il tente de se venger en s'alliant à Othon Ier et à Conrad, roi de Provence. Les trois rois envahirent la France et s'emparèrent de reims. Le pape intervient, un concile tenu à Ingelheim excommunia Hugues en 948, mais ce ne fut pourtant qu'en 950 que ce dernier rendit Laon à Louis IV.

Louis IV fit reconnaître son autorité en Bourgogne, en 951, mais il ne put arrêter deux invasions Hongroises. Il mourut des suites d'une chute de cheval en 954.

Son fils, Lothaire le remplaça sur le trône, né en 941, il n'avait que treize ans. Grâce à l'activité et à l'énergie de sa mère Gerberge qui invoqua l'appui des ses frères Othon Ier et Brunon, archevêque de Cologne, Lothaire put, à la mort de son père, être sacré à Reims.

 Lothaire dut, à vrai dire, accorder à Hugues la souveraineté sur la Bourgogne et l'Aquitaine, et l'accompagner au siège de Poitiers. Après la mort de Hugues, en 956, il y eut un accord complet entre les Robertiens et les Carolingiens, par suite de la présence des deux soeurs Gerberge et Halthuide à la tête du royaume et du duché de France. Ce fut alors l'archevêque de Cologne qui, pendant neuf ans, gouverna la France. Lothaire provoqua par ses vues sur la Lorraine, une invasion en France d'Othon II qu'il ne repoussa qu'avec l'aide de Hugues Capet, en 978. Probablement en vue d'une diversion dans les opérations de guerre, Othon semble avoir envoyé des troupes en direction de Paris. Ces troupes sous le commandement de Boson, firent des ravages sur leur passage et notamment dans la région de Bray-sur-Seine dont la tradition conserve le souvenir de l'incendie de l'église ou du monastère de Saint Sauveur, mais peut-être des deux. Ils furent délogés que grâce à des renforts venus de Sens.

Mais la traité de Margut, conclu avec l'Empereur, enleva tout prestige à Lothaire. Son impuissance à maintenir son fils Louis en Aquitaine diminua encore son autorité. Il réussit cependant à s'emparer de la Haute-Lorraine et commençait la conquête de la Basse-Lorraine lorsqu'il mourut, laissant la couronne à son fils Louis V.

Louis V était né en 967, il avait donc vingt ans à son avénement. Conseillé sans doute par son oncle Charles de France il se dégagea de l'influence de sa mère, et pour châtier l'archevêque de Reims, Adalbéron, qu'il considérait comme un traître, se plaça sous l'ascendant de Hugues Capet. Adalbéron, assiégé dans Reims, du promettre de se justifier. Mais en 987 Louis mourut sans postérité d'un accident de chasse.

Le royaume de France se trouvait soudain en déshérence. Hugues Capet, déjà au courant des affaires et possesseur de nombreux fiefs, posa sa candidature et les Grands réunis en assemblée le proclamèrent roi de France. Sacré à Reims, pour assurer l'hérédité du trône, il fit couronner son fils quelques fois après sa propre élection.

Une nouvelle dynastie allait régner sur la France.

Il convient maintenant de préciser que Hugues Capet était un Franc Salien et que l'application de la Loi salique au niveau de l'Etat alait changer les vieilles coutumes concernant les successions.

Le royaume devenait indivisible, et seul, le fils aîné pouvait en hériter au décès du roi. Dans le cas où le fils aîné précède son père dans la tombe, c'est toujours son frère le plus âgé qui devient roi.

Enfin, dans le cas où il n'y aurait plus d'ayant droit en ligne directe, le même principe devient applicable aux branches collatérales avec priorité pour le branche aînée.

Ainsi, l"application de la loi salique devait assurer le pérennité et la stabililité de l'Etat et de la dynastie.

Enfin, il faut aussi remarquer la primauté masculine.